themes/default/item_post.html.twig

NON, la Maison Européenne du Dessin de Presse ne sera pas à Limoges !

C'est l'incompréhension totale après l'annonce du chef de l'Etat qui a choisi Paris pour installer la Maison Européenne du Dessin de Presse. La Capitale a été préférée alors que l'infrastructure existe déja en Limousin.

  • Par: Denis Surfys
  • Date:

Après cette annonce les réactions ont été nombreuses. Le Centre International de la Caricature et du Dessin de Presse et d'Humour de Saint Just Le Martel a le sentiment d'être méprisé. Une décision jugée injuste après plus de 40 années d'investissement dans la défense de la liberté d'expression à travers le dessin de presse par un choix politique sans aucune justification. 

"Ce choix va à l'encontre de toutes les annonces, de tous les atouts considérables, de savoir-faire, de mémoire, d'engagement de la population de Saint Just Le Martel et du Limousin, pour défendre ce qui existait depuis 1982. La Direction du Centre contexte cette décision car elle contrevient fondamentalement à l'intérêt de ce projet, au travers d'une décentralisation soi-disant promise dans le discours de politique générale du Premier Ministre".

Jean-Claude Leblois (président du Conseil Départemental 87)

"La candidature conjointe de Limoges et Saint-Just-le-Martel présentait pourtant de forts atouts et répondait à tous les critères d’attribution. Cette dernière a rencontré un très large consensus, que ce soit de la part des élus locaux, mais aussi de la part des dessinateurs qui n’ont pas manqué, au cours de ces derniers mois, d’adresser leur soutien à ce projet. Eux savent que depuis près de 40 ans, le Centre permanent s’attache à valoriser le dessin de presse et la satire humoristique, menacés par les obscurantismes de tous ordres.

Une longue histoire, impulsée par Gérard Vandenbroucke, dessinée au fil des années par une infatigable équipe de bénévoles, tout un village, qui se mobilise avec toujours la même envie pour accueillir à l’occasion de leur Salon annuel plus de 250 dessinateurs de presse du monde entier, et ce malgré des moyens limités. Ces passionnés ont ouvert les portes de leurs maisons pour héberger Cabu, Tignous, Honoré, Loup, Georges Wolinski et bien d’autres, créant ainsi de forts liens d’amitié. Ils se sont battus en 2015, alors que venait de se produire la tuerie de Charlie Hebdo, pour maintenir le Salon, voyant leur paisible et rieuse Saint-Just-le-Martel transformée en camp retranché et protégé par les forces de sécurité.

La légitimité de Saint-Just-le-Martel, l’énorme travail accompli, l’engagement d’une terre de résistance et de fraternité et le fort consensus politique local n’auront pas payé. Bâtir la Maison européenne du dessin de presse et de la caricature en Haute-Vienne aurait pourtant été un symbole, une reconnaissance". 

Emile Rogert Lombertie (maire de Limoges)

"Le maire de Limoges Émile Roger Lombertie prend acte du choix du Gouvernement en faveur de la création d’une Maison européenne du dessin de presse et d’humour à Paris au détriment de la candidature conjointe portée par Limoges et Saint-Just-le-Martel. Cette décision méconnaît les nombreux atouts d’une implantation locale unanimement soutenue et l’expérience de notre territoire dans quatre décennies de soutien apporté à cet art populaire mais aussi aux dessinateurs de presse. Un grand nombre de ces derniers n’avaient d’ailleurs pas hésité à soutenir publiquement et fortement notre candidature. Au-delà, et alors que les élus locaux sont en première ligne de la redynamisation des territoires dans le respect d’un pacte social plus équitable, ce choix reste incompréhensible et injuste. Il marque la persistance d’un centralisme étatique qui dénie toute capacité d’initiative aux élus de terrain et condamne les villes moyennes à la portion congrue, alors qu’elles semblent désormais plébiscitées par les citadins fuyant la turbulence des métropoles".

Pierre Venteau (député de la 2e circonsription de la Haute-Vienne)

"À cette heure, j’ai avant tout une pensée à la mémoire de Gérard Vandenbroucke sans qui notre territoire, et Saint-Just-le-Martel en particulier, n’aurait sans doute jamais été un des pôles incontournables en la matière. Force est de constater qu’après sa disparition, les liens avec le milieu des dessinateurs et des éditeurs se sont distendus, au point que seule une minorité de la profession soutenait le projet Haut-Viennois.

Cette réalité devrait nous conduire légitimement à questionner la qualité de notre dossier. Et si cette décision ne cachait pas forcément une volonté du « centralisme parisien » de discriminer les territoires ruraux, mais venait plus simplement sanctionner justement le projet lui-même ? La paresse intellectuelle et l’inaction favorisent le commentaire indigné plutôt que l’autocritique constructive. Nos projets peuvent parfois être moins bons".

Sophie Beaudouin-Hubière (députée de la 1er circonscription de Haute-Vienne)

" Depuis l’annonce du Président de la République de son souhait de créer une maison européenne du dessin de presse, Madame la Députée soutient la candidature portée par le Centre Permanent du Dessin de Presse de Saint-Just-le-Martel. C’est une immense déception d’apprendre que la candidature du Centre permanent de Saint-Just le Martel n’a pas été retenue pour accueillir la future maison du dessin de presse.

En 2020, Mme la Députée a pris l’attache de Monsieur V. Monadé, chargé de rendre un rapport sur la création d’une Maison européenne du Dessin de Presse, afin de donner de la visibilité au projet haut-viennois. Lors de la venue de Madame BACHELOT à Limoges le 19 février 2021, elle a permis une rencontre privée entre Monsieur le Maire de Saint-Just-Le-Martel, l’un des Co-Présidents du Centre et Madame la Ministre pour qu’ils puissent défendre auprès d’elle leur projet. Cosignataire du courrier de soutien à la candidature de Saint-Just le Martel, elle n’a eu de cesse d’échanger avec les plus hautes instances et les acteurs locaux.

S’il est regrettable que la capitale continue de centraliser de tels projets, Madame la Députée se réjouit néanmoins de voir que le gouvernement prend au sérieux la question de la liberté de la presse, du droit à la caricature et à la satire en investissant 2 millions d’euros en faveur d’un tel projet. Par ailleurs, si Paris a été retenu pour accueillir cette Maison Européenne du dessin de presse, « le projet en lui-même est beaucoup plus large et impliquera une dimension partenariale avec des acteurs divers dont le Centre de Saint Just sera tout naturellement partie prenante ». Ainsi, à l’instar d’autres candidats malheureux plus que de vitupérer et crier au scandale, il appartient désormais aux élus du territoire de se mobiliser pour faire en sorte que le Centre de Saint-Just-le-Martel soit demain un acteur incontournable du réseau qui va se structurer autour de la Maison du dessin de presse.

Alain Rousset (président de la Région Nouvelle-Aquitaine)

"La caricature et le dessin de presse méritent d’être défendus, encouragés, valorisés et promus. Cela a été le combat quotidien de Gérard Vandenbroucke, président-fondateur du « Salon international de la caricature, du dessin de presse et d’humour ». Le Salon international est ainsi devenu une référence incontournable pour les dessinateurs du monde entier. Depuis 40 ans, il fait la promotion du dessin de presse et du dessin satirique, défend les libertés d’expression et de création des auteurs/dessinateurs, jusqu’à sa présence à l’ONU en 2006.

Aussi, la Région Nouvelle-Aquitaine, qui militait activement pour une candidature s’appuyant sur les installations existantes de Saint-Just-le-Martel, et la création d’un lieu complémentaire à Limoges, avec la proposition de mise à disposition et la réhabilitation du bâtiment Jidé, va poursuivre le travail mené depuis deux ans avec les partenaires publics, les collectivités de la Haute-Vienne et la DRAC Nouvelle-Aquitaine".

Guillaume Guérin (président de la communauté urbaine Limoges Métropole) 

"Profondément peiné pour les bénévoles du centre international du dessin de presse et d’humour de Saint Just le Martel. Il y avait consensus entre les élus, il y avait la volonté, il y avait les atouts et surtout l’antériorité, le président Macron en a décidé autrement! La décentralisation attendra, l’aménagement du territoire aussi... Nous prenons la gifle mais nous ne tendrons pas l’autre joue, et en bons provinciaux nous aurons de la mémoire ..."