themes/default/item_post.html.twig

Evacuation du squat de la Révolution : les associations restent mobilisées

Depuis le 7 juillet 2021, après l’évacuation jugée « violente et brutale » du squat de la Révolution à Limoges les associations oeuvrent pour trouver, chaque soir, des solutions d’hébergements pour les personnes qui se retrouvent à la rue.

  • Date:

La centaine de personnes accueillies dans le squat de la Révolution se souviendront longtemps de la journée du 7 juillet 2021. En l’espace de 10 minutes elles ont du évacuer le site occupé illégalement depuis près de 2 ans. Dans le squat la vie s’était organisée avec des lieux de vie mais aussi différents ateliers afin de proposer aux familles hébergées des solutions pour pouvoir se débrouiller.

Sur 87 adultes et 28 enfants  qui habitaient le squat, une soixantaine sont à la rue, ayant refusé l’aide au retour au pays proposée par l’Office Français de l’Immigration et de l’intégration. Des propositions jugées inacceptables.

Sylvie (membre du collectif) : «A ce jour, il y a des familles (avec enfants) qui ont été régularisées (cela représente une vingtaine de personnes), des personnes se retrouvent dans la rue, elles n’avaient pas déposé de dossier de demande de titre de séjour car elles n’avaient pas encore tous les éléments nécessaires. Plus d’une quarantaine de personnes se retrouvent à la rue (célibataire homme et femme), sans rien car, refus simple et obligation de quitter le territoire. Quelques uns sont hébergés, temporairement, par le 115 mais pour une courte période. Le collectif demande d’arrêter de mettre les gens en ‘prison à ciel ouvert’. Stop au refus du titre de séjour alors que certains devraient l’obtenir car ils ont tous les documents nécessaires. Qui dit régularisation dit autonomie !

Le collectif étudie actuellement les possibilités de recours auprès du tribunal administratif ou de recours gracieux auprès du préfet de Haute-Vienne.