themes/default/item_post.html.twig

Deux nouvelles interpellations musclées pour les policiers limougeauds

La semaine dernière, les policiers de Limoges ont encore eu du fil à retordre avec l’interpellation mouvementée de deux individus.

  • Par: Johan Detour
  • Date:

Policier mordu

Il est environ 20h30 ce jeudi 28 avril 2022 lorsque la police municipale est appelée au sujet d’une bagarre en centre-ville. A l’arrivée des forces de l’ordre, un individu refuse de se soumettre au contrôle. Outrageux et menaçant, l’individu se rebelle. A tel point qu’il va jusqu’à mordre le doigt d’un policier qui tente de le maîtriser. Et si l’homme est si tenace, c’est peut-être parce qu’il dissimule 15 grammes de résine de cannabis. Les policiers prennent également conscience que quatre fiches de recherche concernent l’individu, pour l’exécution de différentes peines de prison.

Par ailleurs, le dépistage de l’alcoolémie a révélé un taux 1,80 gramme par litre de sang. Habitant à Bujaleuf, l’homme âge de 26 ans a reconnu les faits lors de sa garde à vue. Il a déclaré avoir mordu le policier pour « se défendre », jugeant son interpellation « trop musclée ». Il a concédé détenir les 15 grammes de cannabis pour sa consommation personnelle.

Les trois policiers municipaux qui sont intervenus ont déposé plainte. Le parquet a décidé de placer le mis en cause en détention provisoire dans l’attente de sa comparution immédiate. Compte tenu de son dossier, nul doute qu'il soit incarcéré.

Chien policier frappé

Samedi 30 avril 2022 vers minuit, la police nationale est envoyée dans le secteur de la gare des Bénédictins pour une affaire de dégradations de véhicules commises par trois individus. Lors du contrôle, un des trois hommes est particulièrement excité, n’hésitant pas à insulter franchement les fonctionnaires. La patrouille décide alors d'utiliser leur chien policier pour tenter d’intimider l’individu récalcitrant. Mais ce dernier continue de provoquer les fonctionnaire, allant jusqu’à frapper le chien muselé, avec ses poings et ses pieds. L’individu est finalement maîtrisé au sol avant d’être interpellé. Après avoir refusé de se soumettre au dépistage de l’alcoolémie, l’homme a fini par reconnaître le manque de respect envers les policiers. Mais il réfute les menaces et les insultes. Pour lui, il n’a fait que se défendre.

Le chien policier a été blessé au niveau de la paupière gauche et à l’épaule droite.

Le mis en cause est un sans domicile fixe de 23 ans. Il a été laissé libre à l’issue de sa garde à vue mais est convoqué à la cité judiciaire de Limoges pour une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, le 11 juillet prochain.