Une rentrée des élèves le 11 mai qui s’annonce compliquée …

15 avril 2020 A la une


L’annonce a été faite lundi 13 avril 2020 par le chef de l’Etat : la « rentrée » des élèves se fera le lundi 11 mai 2020. Dans l’académie de Limoges cela concerne près de 102 800 élèves. Mais beaucoup de questions se posent : y aura t-il assez de masques ? Comment faire pour faire respecter les gestes « barrières » ?

L’inquiétude est chez les personnels de l’éducation nationale mais également chez les parents. Dans l’académie de Limoges près de 102 800 élèves sont concernés. Cette annonce parait « surprenante ». Depuis les fermetures d’écoles les enfants sont déstabilisés mais un retour aussi rapidement inquiète. Pour Anabel Roy (secrétaire départementale du syndicat des enseignants de l’Unsa) « La rentrée ne pourra pas se faire dans de bonnes conditions ». Cette date a été décidée sans aucune préparation. Equipements et matériels manquent à l’appel ! Comment faire comprendre à des enfants qu’il faut respecter des gestes barrières ?

« Une rentrée sans aucune préparation »

Anabel ROY : « L’annonce du président de la République est assez floue. Matériellement nous ne serons jamais prêt pour un retour dans les établissements scolaires pour le 11 mai prochain. Nous avons subi la pénurie énorme de masques et de gel hydroalcoolique dans les dernières semaines pour croire naïvement que tous les établissements en seront équipés d’ici le 11 mai. La crainte vient des enseignants mais aussi des parents d’élèves. Les collègues ne comprennent pas pourquoi les lieux qui accueillent du public (bar, restaurant …) restent fermés et pourquoi on recommencerait à mettre 30 élèves dans 30 m2. On attend maintenant des explications sur les mesures de protections qui ont été annoncées. On ne peut pas agrandir les classes, on peut peut-être envisager, que les classes soient accueillies par demi-groupe ou que toutes les classes d’une même école ne soient pas présente, en même temps, dans l’établissement le même jour. Le gros problème concernera les maternelles car les enfants ne sont pas en mesure de comprendre et d’appliquer des gestes barrières. Ils évoluent également dans des espaces assez clos (sieste). Le transport est aussi un gros problème ou les enfants sont à proximité les uns des autres ».

Reste maintenant à savoir si les parents laisseront leurs enfants retourner à l’école …

Interview d’Anabel ROY : 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile