Une interpellation qui tourne à l’émeute dans le quartier de Beaubreuil

25 juillet 2019 A la une


Lundi 22 juillet 2019, dans le quartier de Beaubreuil, deux interpellations, pour des rodéos sauvage, ont failli se terminer en lynchage pour les policiers Municipaux. Une trentaine de personnes ont voulu défendre un individu qui avait été interpellé. Au moment de monter dans la voiture de police les choses ont dégénérées. Les renforts ont permis le retour au calme dans le secteur.

Le Lundi 22 juillet 2019, la Police Municipale de Limoges était intervenue pour des rodéos dans le quartier de Beaubreuil. Des individus, montés sur deux motos, prenaient des risques inconsidérés. La police Municipale a constaté la présence d’une trentaine de personnes, dont deux individus non casqués à motos, roulant à, proximité des jeux d’enfants et sur les trottoirs en faisant des roues arrières. Lorsqu’ils ont interceptés les deux pilotes le ton est rapidement monté quand subitement un individu s’est emparé d’une moto en fonçant délibérément sur un des agents qui a été contraint de faire usage de gaz lacrymogène. Ils finissaient par l’interpeller et le menotter afin de quitter les lieux rapidement.

« Des policiers pris pour cible par une trentaine d’individus »

Au moment de rentrer dans le véhicule de police, le mis en cause se rebellait et outrageait les policiers municipaux. Il a alors appelé le groupe à le libérer et à récupérer la moto. Les policiers ont alors reçu des jets de projectiles, occasionnant des dégâts importants sur les deux véhicules. Deux policiers étaient légèrement blessés au cours de l’interpellation. La Police Nationale et la BAC ont été appelé en renfort, ils ont effectués des patrouilles toute la soirée, et la nuit suivante, ce qui a permis le retour du calme sur le secteur de Beaubreuil.

L’individu a été placé en garde à vue. Lors de sa fouille de sécurité, il était trouvé porteur de 12,6g de résine de cannabis dissimulés dans ses sous-vêtements. Le mis en cause a reconnu partiellement les faits tout en niant le refus d’obtempérer et la rébellion. Pour la résine de cannabis il a expliqué que c’était pour sa consommation personnelle.

« Trois autres individus identifiés et interpellés »

Grâce à l’exploitation de la vidéo surveillance, trois autres individus ont été clairement identifiés. Ils ont été interpellés le 24 juillet 2019 à leur domicile et placés en garde à vue. Entendus sur les faits, le premier, un homme de 26 ans, niait farouchement avoir jeté la béquille sur la voiture de police, même à la vue des images. Le deuxième, âgé de 23 ans expliquait avoir été spectateur de l’action mais ne pas se reconnaître sur les images et niait toute implication. Un troisième, un mineur de 17 ans, avouait avoir lancé des pierres en direction des policiers municipaux.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile