Un mineur interpellé au Val de l’Aurence avec des produits stupéfiants

13 juin 2019 A la une


Lors d’une vaste opération de Police, anti drogue et armes prohibées, dans le secteur du val de l’Aurence, la police a interpellé un mineur de 16 ans en possession de produits stupéfiants. Soupçonné de se livrer à un trafic der drogue il a été présenté au parquet.

Le lundi 11 juin 2019, aux alentours de 15h, la Police a effectué une opération de contrôle d’identité dans le quartier du Val de l’Aurence à Limoges afin de rechercher et découvrir des produits stupéfiants ou des armes prohibées. A 15h30, une patrouille (qui connait bien les points de deal du secteur) mettaient en fuite deux individus qui occupaient un hall d’immeuble de la rue Joliot Curie. Un second équipage n’a pas eu de mal à les intercepter, quelques mètres plus loin, rue Marcel Masdoumier.

« Barrettes de résine de cannabis et film plastique »

Le mineur de 16 ans et le jeune majeur, bien connus des services de police, ont été contrôlés. Le plus jeune était trouvé porteur de 4 barrettes de résine de cannabis (12g), d’argent (150€) et d’un téléphone. La fouille du hall d’immeuble a permis de découvrir un couteau ayant de la résine brunâtre sur la lame ainsi qu’un rouleau de film transparent alimentaire. Les deux individus ont été placés en garde à vue.

« De la drogue cachée dans un matelas »

Les enquêteurs ont rapidement effectué des perquisitions au domicile des deux mis en cause. Dans celui du mineur elle a permis la découverte de 28 grammes de résine de cannabis supplémentaires dissimulés dans le matelas de son lit, mais également le parfait nécessaire de conditionnement de la drogue. Rien n’a été découvert chez le jeune majeur qui a été laissé libre sans poursuite judiciaire. Au cours de son audition, le mineur a reconnu la propriété de la résine de cannabis achetée pour sa consommation personnelle et de l’argent que sa mère lui avait donné pour acheter des chaussures. Il a nié être le détenteur du couteau souillé et du plastique d’emballage retrouvé dans le hall. Il a nié être un revendeur de drogue.

Le magistrat de permanence décidait de sa présentation au parquet. La drogue et les moyens de conditionnement étaient détruits et l’argent saisi était placé sous scellé.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile