Un étudiant limougeaud sort son premier roman mêlant droit et science-fiction

26 octobre 2018 A la une


 « Moi, mon double et ma moitié » est le titre du premier ouvrage écrit par Défi Kombe Ndjondo, un jeune étudiant limougeaud de 28 ans. Ce roman qui mêle à la fois les genres fantastique, policier et fiction juridique, a été publié en 2018 aux éditions Edilivre. C’est en s’inspirant à la fois de sa passion pour l’univers fantastique et des épisodes de sa vie, que l’auteur a eu l’idée de rédiger cette histoire.

C’est à 28 ans que Défi Kombe Ndjondo se lance dans l’écriture, « un peu par hasard » avoue-t-il a mi-mot. Passionné depuis son enfance par la science-fiction, il décide de créer sa propre histoire, en abordant notamment la théorie des multivers et celui du droit fictif. « Les univers parallèles m’ont toujours intéressé. Je me suis d’ailleurs inspiré des films Retour vers le Futur ou encore Hors du Temps pour aborder les multivers. Le droit et la science-fiction n’ont rien à voir, je me suis donc demandé pourquoi ne pas fusionner les deux et créer quelque chose de nouveau ? », explique-t-il. 

Le synopsis ? Un jeune homme, amoureux de sa camarade de classe, va découvrir l’existence d’univers parallèles. N’arrivant pas à la charmer dans son monde, il se rend dans un autre univers. Il découvre cependant que son double est déjà en couple avec sa bien aimée. Un chaos éclate alors, dérèglant le cours du temps et une juridiction sera créée à travers les dimensions. 

Droit et Multivers, un mélange surprenant 

La place du droit dans ces univers parallèles est indispensable à aborder selon l’auteur de « Moi, mon double et ma moitié », lui-même étudiant en Master 2 de droit à l’Université de Limoges. « Je me suis dit : et si ces mondes existaient vraiment… quelle serait la place du droit ? Va-t-il rester le même ou est-ce-que chaque monde détiendrait ses propres règles ? », lance-t-il. 

Quant à la théorie des multivers, elle est décrite pour la première fois par Hugues Everett dans les années 1950. L’écrivain s’inspire des idéologies du sociologue et les décrits comme « des mondes parallèles, avec les mêmes personnes, mais qui ont tout simplement fait d’autres choix ». 

Le début d’une aventure 

Défi Kombe Ndjondo rédige son roman en deux mois seulement. Il envoie ensuite ses manuscrits aux maisons d’édition, sans grande conviction. Une semaine après, Edilivre contacte le jeune homme pour publication : « je me suis dit c’est une erreur… c’est pas possible ! ». Parmi les six maisons d’édition qui prennent contact avec l’étudiant, il choisi de faire confiance à Edilivre, première édition à l’avoir sollicitée. 

L’histoire de ce tout premier ouvrage se déroule à Limoges, il justifie son choix « j’ai fait toutes mes études à Limoges, j’aime cette ville et puis tous mes amis sont ici. L’histoire s’inspire légèrement de faits réels, il y a des expériences que j’ai vraiment vécu ». 

Concernant la suite, Défi Kombe Ndjondo détient déjà des idées concernant un deuxième tome. Il aimerait, tout de même, continuer l’écriture de romans avec de toutes nouvelles histoires, voire changer de thématique. 

Marylou Hanot


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile