SNCF : Des inquiétudes pour le Fret en Limousin

20 juin 2019 A la une


Le jeudi 20 juin 2019 a eu lieu un comité de pilotage national sur le sujet du Train de Fret (Perpignan – Rungis) au ministère des transports. Ce train qui passe, historiquement, par Limoges est prévu de ne plus rouler à partir du 15 juillet 2019 avec un report vers la route équivalent à près de 22 000 camions par an. La CGT Cheminots de la Haute-Vienne a tenu à dénoncer les désagréments pour notre département.

Alors que les élections européennes ont révélées une véritable prise de conscience citoyennes pour l’écologie, alors que le dernier rapport du GIEC alerte sur l’urgence climatique, le gouvernement et Fret SNCF décide de mettre encore plus de camions sur la route.

Ce matin, les syndicats CGT et UFCM CGT de Limoges ont organisé un point presse pour revenir sur l’importance du FRET Ferroviaire et sur le potentiel de la région. Le cas de ce train est révélateur de l’absence de décisions politiques par les partis au pouvoir. Si ce trafic devait se faire par la route, il circulerait par l’A20 gratuite et traverserait donc le Limousin avec toutes les conséquences : dégradation des revêtements, accidentologie, saturation du réseau, pollution …

SAV FRET à Limoges en cours de fermeture

En l’espace de 10 ans, 10 000 emplois ont été supprimés dans le Fret. Fin 2018, il y avait 5800 personnels, fin 2019 ils ne seront que 5000. Aujourd’hui il y a deux SAV Fret en France. Les agents qui y travaillent, sont chargés de régler les incidents survenus aux marchandises pendant le transport. Le centre SAV de Limoges fermera ses portes en décembre prochain, laissant 4 agents sans emploi. Le centre SAV devrait connaitre le même sort.

Un potentiel FRET en Limousin

Selon la CGT, en Limousin il y a un vrai potentiel mais pas d’offres ! Plusieurs lignes disposent d’embranchements avec des chargeurs potentiels. Cela concerne la Zone Nord de Limoges qui est raccorder sur son ensemble avec des voies à l’abandon. Condat sur Vienne : Coop Atlantique. Les Bardys : Primagaz. Ambazac : Les carrières d’Ambazac souhaitent faire du fret ferroviaire. Limoges / Angoulême : Carrière de Pagnac : ballast pour les voies ferrées. Saillat : transports de bois et de matières dangereuses. Carrières d’Excideuil (16). Tuileries de Roumazières. En Gare de Corrèze : une entreprise de recyclage souhaite faire des trains complets depuis Corrèze jusqu’a Bayonne. Limoges / Ussel / Felletin / Bourganeuf : Potentiel bois important vers les papeteries.

Incohérence des politiques au sein de la SNCF

Depuis que les activités SNCF (TER, TGV, Voyages, Fret, Infrastructures …) sont séparées au sein de la SNCF et que la SNCF a été éclatée en plusieurs entreprises on s’aperçoit que chacun travaille dans son coin sans se préoccuper des problèmes de l’autre. Pour le syndicat CGT « Faire rouler des trains n’est plus la priorité ». La politique de suppression massive de cheminots à SNCF Réseau pour l’entretien des voies fait qu’aujourd’hui SNCF Réseau n’a plus les ressources nécessaires pour faire la maintenance de jour entre les circulations ferroviaires. Cela implique, depuis 3 ans, des suppressions des trains la nuit pour que les entreprises de BTP privées travaillent. Ces interruptions de circulation ont impacté fortement le trafic Fret la nuit avec notamment la suppression de 3 trains FRET quotidiens.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile