Playoffs, Beaublanc et Zénith : la saison 18/19 du LH 87 présentée par le Président

30 août 2018 A la une Partenaires Sport


Le Limoges Hand 87 fait son retour sur les parquets le samedi 8 septembre face à Istres à l’occasion des 16èmes de finale de la Coupe de la Ligue. Ambitions, Objectifs, Développement … le président du Limoges Hand, Alain Aubard, nous dit tout sur la saison 2018/2019.

Installé depuis quelques années en Proligue, le Limoges Hand 87 compte bien tirer une nouvelle fois son épingle du jeu.

Après une saison 2017/2018 un peu compliquée, quel est l’objectif de cette nouvelle saison ?

L’idée, c’est vraiment de gagner en régularité cette année, avec l’objectif final de se qualifier en playoffs.  Cette année il y aura une sixième équipe qui jouera les playoffs, donc il faut que nous terminions dans ce Top 6.

Côté recrutement, cette intersaison est une satisfaction ?

Les matches amicaux et les entraînements montrent que chacune des recrues va tirer le groupe vers le haut. L’intégration est facilitée par le fait qu’il n’y pas la barrière de la langue avec ces nouveaux joueurs. Ce sont des joueurs que nous connaissions, habitués à jouer au niveau supérieur. Je pense que les ingrédients sont là pour faire une bonne saison.

L’intégration de jeunes joueurs au sein de l’effectif reste également dans vos objectifs ?

Il y a effectivement un rajeunissement cette année. Nous avons, par exemple, un jeune de 18 ans ( Lyvio Asabina ) qui est totalement intégré dans le groupe professionnel. D’autres jeunes de l’équipe « Espoirs » auront également peut-être l’occasion de montrer le bout de leur nez en Proligue cette année.

En marge du développement sportif du club, vous réalisez aussi un véritable développement marketing du Limoges Hand 87 … Quelles seront les nouveautés de cette année ?

Nous allons une nouvelle fois délocaliser des matches. Il y a 3 rencontres prévues à Beaublanc ( le premier le 14 septembre contre Grenoble ). Suite au succès de l’événement au Zénith de Limoges l’année dernière ( rencontre contre Chartres au Zénith avec le showcase de Tal à la fin du match ), nous allons rééditer l’opération au Zénith de Limoges le 20 décembre contre Nice, avec tout un spectacle autour de la rencontre. Nous souhaitons également innover en matière de réceptif pour nos partenaires d’après-match. Notre réseau « Partenaire » s’étend d’années en années, et nous devons trouver de nouvelles solutions pour les recevoir dans de bonnes conditions.

Mesurez-vous l’engouement provoqué autour du match au Zénith de Limoges ?

Suite à cette rencontre, tous nos matches à Henri Normand se sont joués à guichets fermés, malgré les résultats compliqués. Nous avions fait un vrai spectacle lors de cette opération, en attirant un jeune public et leurs parents. Un public qui a continué à nous suivre en deuxième partie de saison.

C’est un modèle un peu à l’américaine que prône le Limoges Hand 87 aujourd’hui ? Le show autour du match ?

C’est effectivement ce que recherche la famille qui achète un billet aujourd’hui. La seule différence réside dans le fait qu’aux Etats-Unis, les infrastructures se prêtent à ces événements. Les salles sont construites tournent autour de la dimension du spectacle.

La délocalisation de certains matches, c’est aujourd’hui un passage obligatoire pour un club sportif ?

Nous sommes très heureux de l’outil mis à notre disposition pour nos matches ( Salle Henri Normand, Complexe Sportif du Val de l’Aurence ), mais nous devons trouver des solutions aujourd’hui pour accueillir plus de partenaires et un public plus nombreux . La délocalisation de ces rencontres est une solution.

On sait que les subventions publiques dédiées aux clubs baissent depuis quelques années, ce développement marketing est la clef pour la survie d’une entité sportive ?

C’est indispensable. Il y a longtemps au Limoges Hand 87 que nous avons compris, c’est la raison pour laquelle nous développons les partenariats privés. Pour la saison 2018/2019, les fonds publics représentent moins de 20% du budget total. Nous savons qu’il y aura encore une baisse dans les années futures. Les clubs qui ne se préparent pas à ce changement risquent la disparition.

Playoffs, développement des partenaires à court terme … et d’autres objectifs un peu plus tard ?

La structuration du club est très importante. Si un jour nous souhaitons prétendre à accéder à l’échelon supérieur, il faut s’y préparer dans les deux ou trois années qui viennent. Tout le monde doit progresser en même temps, le niveau sportif, le niveau administratif et nos prestations.

 

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile