Pendant une garde à vue un individu tente de s’enfuir du commissariat

19 mars 2019 A la une


Un homme de 21 ans, interpellé dimanche 17 mars 2019 (à la Zup de l’Aurence), en possession de téléphones volés et d’une plaquette de résine de cannabis (de 40g), a tenté de s’échapper, lors de son audition au commissariat de police de Limoges. Le mis en cause n’a pas hésité à porter des coups aux policiers. Il a finalement été maitrisé et placé en garde à vue. 

Dimanche 17 mars 2019, aux alentours de 18h25, allée le Gréco à la Zup de l’Aurence de Limoges, une patrouille de police a remarqué un individu, vêtu de noir avec une capuche, sortant de derrière des conteneurs à verre qui tenait un coupe-boulon d’environ 80 centimètres de haut. Les policiers ont alors procédé à son contrôle.

« Des téléphones cachés dans des bidons de shampoing »

Dans chaque poche de son blouson se trouvaient deux bidons de shampoing consolidés par de l’adhésif. L’individu informait alors les policiers que, dans chacun des flacons, se trouvaient des téléphones portables ainsi que des chargeurs, et qu’il devait les confier, sans donner plus d’infos. Lors de la palpation il a été trouvé en possession d’une plaquette de résine de cannabis de 40g.

L’individu s’est énervé, en tentant de s’enfuir il a donné des coups de pieds et de tête. Agé de 21 ans il a été rapidement maitrisé et conduit au commissariat pour y être placé en garde à vue. Lors de son audition il a reconnu la rébellion et la possession de la résine de cannabis qu’il disait avoir reçu en cadeau en conte-partie du transport des téléphones portables.

« Il tente de s’enfuir du commissariat »

Au cours de sa seconde audition, le mis en cause, a tenté de s’enfuir du bureau. Rapidement rattrapé il s’est débattu en portant un violent coup de coude au niveau des cotes du policier. Une prolongation de garde à vue a été prononcée en vue d’une présentation au Parquet le 19 mars 2019 dans la perspective d’une comparution immédiate pour des faits de détention de produits stupéfiants en récidive, rébellion et violences volontaires sur des policiers.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile