Limoges : Mobilisation des salariés de la Poste devant le bureau de la Préfecture

6 avril 2021 A la une


Ce mardi 6 avril, les salariés de la Poste ont décidé, à l’appel de l’intersyndicale, de se mettre en grève et de se mobiliser devant le bureau de la préfecture afin de contester une dégradation de leurs conditions de travail, ainsi que des pertes de postes.

 

 

Environ une vingtaine de manifestants se tenaient, ce mardi 6 avril 2021, devant le bureau de la Poste près de la Préfecture de Limoges. Au cœur de leur grogne, des conditions de travail « fortement dégradées », les empêchant de réaliser leurs « missions de service public ». Comme l’explique Joël Berthier, secrétaire régional du syndicat Sud, la situation est difficile à vivre pour les agents de la Poste.

« Nous sommes rassemblés parce que la poste a décidé de ne plus remplacer les emplois de titulaires aux guichets. Les agents travaillent en sous-effectif, ils sont épuisés, d’autant plus qu’il y a la crise COVID. Les opérations à effectuer sont de plus en plus longues, il y a de plus en plus de contrôles de conformité qui sont mis en place, et il y a de moins en moins de personnel pour les effectuer ».

Plusieurs suppressions de postes à venir

Ainsi, via ces départs non remplacés, certains bureaux de poste vont donc perdre des emplois. C’est le cas du bureau de la préfecture, mais aussi du bureau de Carneaux à Limoges. « Sur ce bureau de la préfecture, ils prévoient la suppression de 3 emplois, sur un effectif de 12 ou 14 agents. Sur les bureaux de Limoges Carneaux, ce sont aussi plus de 3 postes qui devraient être supprimés ».

Des solutions ont été proposées aux agents pour « améliorer » les conditions de travail. « Ce qu’ils proposent, c’est de réduire les horaires d’ouverture. Ils proposent par exemple de fermer à 17 heures, et de fermer une heure entre 12 et 14H. Ils compressent donc le personnel, et les horaires d’ouverture. Du coup, les années suivantes, ils disent qu’il y a beaucoup moins de monde dans les bureaux, et derrière ils continuent de supprimer des postes de travail et de réduire encore les horaires d’ouverture ».


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile