Les collectivités prêtes à financer les travaux de la RN 147 entre Limoges et Bellac

9 janvier 2020 A la une


Alain Rousset (président du Conseil régional de la Nouvelle-Aquitaine), Jean-Claude Leblois (président du Conseil départemental de la Haute-Vienne), et Jean-Paul Duret (président de la Communauté Urbaine Limoges-Métropole), sont prêts à financer le surcoût des travaux de la RN 147 au nord de Limoges. L’objectif est d’améliorer la liaison routière entre Limoges et Bellac.

Soucieuses d’accélérer une opération qu’ils considèrent comme une priorité pour le désenclavement de Limoges et du nord de la Haute-Vienne et pour le soutien à leur attractivité, les trois collectivités (Nouvelle-Aquitaine, Conseil départemental de Haute-Vienne et la Communauté Urbaine Limoges-Métropole) ont décidé de faire à l’Etat une proposition commune d’engagement financier supplémentaire sur la RN 147 entre Limoges et Bellac.

« 33 millions d’euros entre Limoges et Bellac »

Il s’agit de 33M€ : 31M€ pour la réalisation du tronçon à 2×2 voies sur les 7 premiers kilomètres et d’un viaduc permettant le franchissement de la Glane et 2M€ de surcoûts sur les créneaux de dépassement (prise en charge par la Région et le Département). Pour les 31 millions d’euros, les trois collectivités s’engagent à financer 50% des travaux de prolongement de l’aménagement sur la RN 147 entre Limoges et Bellac. Les 50% restant sont réputés perte financés par l’Etat. Le Conseil régional s’engage également à avancer cette part de l’Etat (soir 15,5M€) pour réaliser la totalité de la mise à 2×2 voies immédiatement.

« L’Etat doit maintenant prendre ses responsabilités »

Cet engagement étant pris, les trois collectivités demandent maintenant à l’Etat, en tant que maître d’ouvrage, de prendre la Déclaration d’utilité publique sans délai, à engager les études de projet, et les travaux au plus vite. Un courrier commun va maintenant être adressé au Secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports, dans les prochains jours, afin de mettre les co-financeurs autour de la table, pour acter les nouvelles participations et la poursuite du projet.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile