Lech Kowalski au tribunal de Guéret « Je ne suis pas coupable »

15 novembre 2017 A la une


Ce mercredi 15 novembre 2017, aux alentours de 14h, une centaine de journalistes étaient présents devant le palais de justice de Guéret pour soutenir Lech Kowalski et pour réaffirmer le droit à l’information. Le réalisateur était convoqué pour « rébellion ». L’audience aura été très rapide.

Elle n’a pas durée plus de 5 minutes.

Devant le palais de Justice de Guéret, une centaine de journalistes venus de toute la région, le club de la presse du Limousin, des salariés de GM&S, et de nombreux anonymes se sont rassemblés afin d’apporter leur soutien à Lech Kowalski, responsable d’avoir fait son travail, non pas de journaliste, mais de réalisateur lors de l’évacuation musclé des salariés de GM&S à la préfecture de Guéret le 20 septembre 2017.

« Je ne suis pas coupable »

A peine entrée dans le tribunal, que Lech Kowalski est ressorti accompagné de son avocat qui s’est exprimé devant une audience studieuse.  Pour dire « NON » il ne faut pas 3 heures. Le procureur a demandé au prévenu s’il reconnaissait sa culpabilité, la réponse à été non. Donc Lech Kowalski recevra une convocation à son domicile pour une autre date d’audience. Ce qui est bizarre c’est que la date n’a pas été notifié, le parquet ne souhaitait pas qu’aujourd’hui soit annoncé une nouvelle date d’audience pour éviter une nouvelle mobilisation.

La déclaration de Lech Kowalski (traduite en Français) :

 

Pour Philippe Béquia, de la commission de la carte de presse : Journaliste ou réalisateur c’est la même chose. Les gendarmes n’avaient pas à s’en prendre à Lech Kowalski qui ne faisait que rapporter une info. C’est inquiétant pour la liberté de la presse et surtout pour notre démocratie.

Interview de Philippe Béquia :


, , , ,

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile