La secrétaire d’Etat évoque la création du label «French Excellence ».

14 février 2020 A la une


Jeudi 13 février 2020, Agnès Pannier-Runacher (secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances) était en visite en Haute-Vienne pour un déplacement consacré aux Entreprises du patrimoine vivant (label EPV) et à l’innovation dans les territoires. La secrétaire d’Etat a évoqué la création du label «French Excellence ».

Le label EPV est une marque de reconnaissance de l’Etat mise en place pour distinguer des entreprises françaises ayant un savoir-faire d’excellence rare, renommé ou ancestral dans le domaine de l’artisanat et de l’industrie. Les entreprises françaises disposant du label EPV s’engagent à maintenir leur activité de production en France tout en promouvant l’identité à la française.

En début d’après-midi, la visite de la secrétaire d’Etat a débuté par la visite par l’atelier du fabricant de chaussures de luxe Weston à Limoges. Agnès Pannier-Runacher s’est ensuite rendue à Ester Technopole pour participer à une table ronde pour écouter ces patrons de sociétés bénéficiant du label  « Entreprise du patrimoine vivant ». Les trois députés Marie-Ange Magne, Pierre Venteau, Sophie Beaudouin-Hubière ainsi que le maire de Limoges, Emile Roger-Lombertie étaient présents.

Agnès Pannier-Runacher : « Nous voulons porter au travers des entreprises du patrimoine vivant une excellence et, la mettre en lumière, afin de permettre d’avoir des financements plus facilement, car elles peuvent faire valoir ce label devant leurs banques, et avoir une capacité à exporter et vendre leurs produits. Pour ce label, il y a beaucoup de PME de taille intermédiaire car les grosses entreprises ont des marques qui leur permettent de véhiculer cette notion d’excellence. L’économie crée de l’emploi, le sujet des entrepreneurs est de recruter. Ils ont de plus en plus besoin de recruter et c’est de plus en plus difficile de trouver du personnel qualifié ».

Un label French Excellence ?

La secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances a évoqué l’importance du label « Entreprise du patrimoine vivant » mais elle a reconnue qu’il n’était pas forcément très traduisible en anglais et reste, du coût, incompréhensible hors de nos frontières. Agnès Pannier-Runacher s’interroge, « Pourquoi pas French Excellence, comme on parle de French tech » Ce serait une bonne manière de faire savoir ailleurs qu’en France que ce savoir-faire est exceptionnel.

Interview d’Agnès Pannier-Runacher : 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile