La Nouvelle Aquitaine est inquiète pour la ligne Limoges-Angoulême

19 décembre 2018 A la une


La région Nouvelle Aquitaine s’inquiète de l’absence de perspective pour la ligne ferroviaire Limoges-Angoulême. La Région regrette l’initiative de la SNCF de la pose d’un dispositif de sécurité (traverses en croix) à Saillat-sur-Vienne.  Il faudrait 150 millions d’euros pour rétablir le trafic, la SNCF a déjà fait savoir qu’elle ne verserait pas d’argent pour une ligne jugée non rentable.

A défaut d’engagement matérialisé par l’Etat, SNCF Réseau a posé un dispositif de sécurité (traverses en croix) à Saillat-sur-Vienne, sur la ligne ferroviaire Limoges – Angoulême. Ce geste est considéré comme un abandon, pur et simple de la ligne. Le 13 décembre 20128, les élus locaux du secteur traversé par cette ligne ont symboliquement enlevé ce heurtoir. La Région les assure de son soutien, et de sa mobilisation auprès de l’Etat pour préserver le réseau ferré régional. Cette ligne est essentielle pour la desserte de deux agglomérations et de plusieurs territoires ruraux. Sa place importante dans le schéma régional de transport ferroviaire ne fait aucun doute.

« Des défauts d’entretien et de maintenance »

La ligne Limoges – Angoulême subit, depuis de nombreuses années, des allongements de temps de parcours résultant des limitations de vitesse mises en place par le gestionnaire du réseau. ( Limoges -Angoulême en 1h50 en 2015, et en 2h10 en 2017), compte tenu des défauts d’entretien et de maintenance depuis plusieurs décennies. La circulation a été interrompue (entre Saillat-sur-Vienne et Angoulême), le 14 mars 2018. SNCF Réseau a pris cette initiative suite à des défauts de géométrie de la voie. Un plan de transport a été mis en place, afin d’apporter aux usagers des solutions alternatives de mobilité avec le maintien du train entre Limoges et Saillat-sur-Vienne et la mise en place d’autocars entre Saillat-Chassenon et Angoulême.

« L’urgence est maintenant à la réouverture de ce tronçon »

La Région Nouvelle Aquitaine tient à rappeler qu’elle a financé en 2018 des travaux d’urgence, sur la partie située ente Limoges et Saint-Victurnien, pour un montant de plus de 1,06M€, évitant ainsi de nouvelles dégradations du service. La Nouvelle Aquitaine attend donc la totale implication de l’Etat et de SNCF Réseau, pour permettre au plus vite la réouverture de ce tronçon.

 


, , , ,

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile