Interpellation à Limoges d’un homme soupçonné de terrorisme

27 mai 2020 A la une


Mardi matin, le RAID est intervenu à Limoges pour interpeller un homme de 36 ans soupçonné de terrorisme. L’interpellation s’est déroulée à 5h30 dans un appartement de la rue Neuve-Saint-Etienne. Dans son domicile les enquêteurs ont découvert des engins explosifs et des armes blanches. Le mis en cause a été transféré vers Paris. 

L’opération du RAID menée ce mardi 26 mai 2020, aux alentours de 5h30, a permis l’interpellation d’un individu à son domicile de la rue Neuve-Saint-Etienne. L’opération a été menée à l’initiative du Parquet national antiterroriste de Paris. Agé de 36 ans, « la cible » a été facilement maitrisée. Les enquêteurs sont restés longtemps dans l’appartement pour le fouiller. Aux alentours de 10h30, les policiers se sont ensuite rendus rue des Pénitents-Blancs (dans les locaux d’un service administratif). C’est à cet endroit là que l’homme était en poste car il est employé par une entreprise de sécurité.

« Un profil inquiétant »

Sur les réseaux sociaux, les éléments de son profil dessine un homme attiré par la violence, l’ultra-droite et le néo-nazisme. On peut y trouver des références à William Luther Pierce (idéologue racialiste, promoteur du pouvoir aux blancs américain). La page facebook du mis en cause affiche le manifeste de Brenton Tarrant (le Grand remplacement, par l’auteur de l’attentat de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, de mars 2019). La page présente également une référence à Louis-Ferdinand (auteur d’écrits antisémites) et une vidéo dénonçant l’homosexualité.

« Déjà connu de la justice »

En décembre 2018, l’individu avait été jugé par le tribunal correctionnel de Limoges pour « provocation directe à un attroupement armé, organisation d’une manifestation sur la voie publique sans déclaration, et acquisition et détention d’armes sans autorisation ». Lors du mouvement des Gilets Jaunes, son appartement avait été perquisitionné par la police, suite à des menaces envers les forces de l’ordre. Les policiers avaient trouvé des armes à feu, des boulons et des pétards.

(Credit photo : Police Nationale – Image d’illustration)


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile