Il menace les policiers avec une arme factice

14 février 2019 A la une


Mardi 12 février 2019, en fin d’après-midi, lors d’un simple contrôle routier le chauffeur d’un scooter (âgé de 21 ans) n’a pas hésité a menacer les policiers avec une arme de poing. L’individu avait pris la fuite, il a été interpellé alors qu’il était piégé dans une impasse.

Le fugitif a été placé en détention provisoire avant de passer en comparution immédiate.

Le Mardi 12 février 2019, aux alentours de 17h40, une patrouille de Police de la Bastide a mis en place un contrôle routier rue Charpentier à Limoges. Les fonctionnaires ont aperçus un scooter monté par deux individus qui circulait en provenance de la rue du Chinchauvaud. Au moment du contrôle, les policiers ont constatés que le scooter s’arrêtait quelques mètres avant et que le passager prenait la fuite à pied. L’équipage s’est scindé en deux pour se lancer à la poursuite des deux fuyards.

« Il menace les policiers avec une arme de poing »

Lors de la poursuite pédestre, un individu a sorti une arme de poing (noire de type semi-automatique) en levant l’arme et en menaçant directement les fonctionnaires. S’agissant d’une menace directe les policiers ont sortis leurs armes sans faire feu. L’homme s’est alors engagé dans une impasse. Essoufflé et se retrouvant bloqué sur la parking du fond de l’impasse il s’est débarrassé de son arme en la jetant. L’arme a été récupéré, il s’agissait d’un pistolet de type Airsoft.

Au cours de sa première audition, le mis en cause, a donné son identité qui a été confirmée par ses empreintes. Agé de 21 ans il était déjà connu défavorablement des services de police. Il a nié le fait d’avoir menacé les policiers avec une arme. Il a déclaré qu’il la transportait juste pour la montrer à un ami. Une perquisition menée au domicile de sa mère a permis de découvrir la boite d’emballage de l’arme, de nombreuses munitions Airsoft et autres cartouches de 9 mm, un sabre japonais ainsi qu’une faible quantité de résine de cannabis.

Le mis en cause est passé en comparution immédiate ce jeudi 14 février 2019 pour les faits de violences sur personne dépositaire de l’Autorité Publique en récidivé légale, de point d’arme illicite de catégorie D en récidive et l’usage illicite de stupéfiants en récidive légale. Il a demandé un délai afin de préparer sa défense. Il a été placé en détention provisoire en attente de son prochain jugement prévu le 28 mars 2019. Il est écroué à la maison d’arrêt de Limoges.

A savoir :

Il faut savoir que les policiers ont fait preuve d’un très grand sang froid et qu’ils auraient pu faire usage de leurs armes dans le cadre de la légitime défense. L’article 122.5 du Code Pénal prévoit que : N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte.


, , ,

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile