Des associations d’automobilistes s’insurgent contre la hausse du prix des carburants

8 mai 2019 A la une


Les prix des carburants, en augmentation constante ces derniers mois, sont désormais au plus haut depuis 2013. L’envolée des cours du pétrole, mais aussi la politique fiscale particulièrement lourde qui pèse sur le coût à la pompe du litre d’essence et de gazole en France, en sont les principales causes.

L’association « 40 millions d’automobilistes » et l’Automobile Club du Limousin demandent la mise en oeuvre d’une TICPE flottante.

Mais bien que les prix déjà très élevés des carburants en octobre 2018 avaient fait naître la colère des Français et les avaient conduits dans la rue, et alors que le Président de la République a récemment présenté ses propositions pour redonner du pouvoir d’achat aux citoyens, aucune mesure ne semble avoir été envisagée pour enrayer cette hausse immodérée, lourde de conséquences pour le budget des ménages. C’est pourquoi l’association « 40 millions d’automobilistes », qui a alerté dès le mois de septembre 2018 sur cette question, demande aujourd’hui, lundi 06 mai 2019, la mise en œuvre d’une TICPE flottante.

Depuis le début de l’année 2019, le prix du litre de gazole à la pompe a augmenté de 10 centimes et celui de l’essence de 17 centimes, pour s’établir au plus haut depuis 6 ans. La faute, principalement, à l’éventail de taxes qui pèse sur les carburants en France : la TICPE (Taxe intérieure de consommation sur les Produits énergétiques), la CCE ensuite (aussi appelée « taxe carbone ») et la TVA enfin, qui s’applique à hauteur de 20% sur le produit… déjà taxé ! Une taxe sur la taxe donc.

« Il faut réaliser qu’en France, à l’heure actuelle, le prix du litre de carburant à la pompe est en moyen 20 centimes plus élevé qu’en Espagne ou en Allemagne par exemple. Les taxes représentent 65 à 70% du prix du litre. C’est cette fiscalité immodérée qui est à l’origine de la difficulté des Français – en particulier ceux résidant en zone rurale – à avoir accès à la mobilité et qui les a poussés à manifester tous les samedis depuis le 17 novembre 2018 » rappelle Pierre CHASSERAY, délégué général de « 40 millions d’automobilistes ».

« Le mouvement a commencé à se déliter quand le Gouvernement a abandonné la hausse de la taxe carbone prévue pour 2019, mais on reste en réalité au même niveau de taxe qu’en octobre 2018. Il n’y a pas eu de ‘cadeau’ de la part de l’État. Il a été question à un certain moment de revenir à une TICPE flottante, cela a existé par le passé, pour plafonner le prix des carburants lorsque le coût du baril explose. L’idée était bonne, mais aucune suite n’y a été donnée, ce qui est regrettable » analyse Daniel QUÉRO, président de l’association.

L’association « 40 millions d’automobilistes » demande donc la mise en œuvre – dans les plus brefs délais, au regard de la situation d’urgence dans laquelle se trouvent nombre de Français – d’une TICPE flottante, qui compenserait les écarts des cours du pétrole sur la scène internationale.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile