De le prison ferme pour l’agresseur de l’agent de la STCLM

19 septembre 2019 A la une


L’individu qui avait été interpellé lundi soir après avoir agressé un agent de la STCLM a été condamné, par le tribunal correctionnel de Limoges (en comparution immédiate) ce mercredi 18 septembre 2019 à de la prison ferme. Le prévenu comparaissait également pour deux autre affaires de violence. Le lendemain le personnel roulant avait exercé son « droit de retrait ». Mardi il n’y avait eu aucun bus et trolley à Limoges.

L’homme qui avait agressé le lundi 16 septembre 2019, un agent TCL (sur la ligne 5, place Jourdan) est passé en comparution immédiate, ce mercredi 18 septembre 2019, devant le tribunal correctionnel de Limoges. Agé de 25 ans, le mis en cause était également poursuivi pour deux autres affaires de violence (janvier 2019). La première, contre un homme qui lui avait refusé une cigarette et la seconde contre deux policiers durant sa garde à vue.

Son expertise psychiatrique a montré un côté « borderline ». Un homme prêt à « exploser » à n’importe quel moment, mais surtout beaucoup de dangerosité. Pour l’avocat de la STCLM, « C’est une bombe a retardement ». Pour l’avocat du prévenu, « sa place n’est pas en prison ».

« De la prison ferme pour l’agresseur »

Lors de son procès l’accusé à nié toute violence. Ses dires n’ont pas convaincu le tribunal qui l’a condamné à 100€ d’amende pour les deux affaires de janvier et à 6 mois de prison (dont 3 avec sursis), assorti d’une mise à l’épreuve de 2 ans, comportant une obligation de soins et une obligation d’indemnisation les victimes et de 200€ d’amende. Il devra également payer 800€ pour le préjudice moral et les frais de justice du contrôleur et 750€ à chaque policier pour leur préjudice moral et leurs frais de dossier.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile