Coup de couteau (entre amis) à la Zup de l’Aurence

6 mars 2019 A la une


Le 26 février dernier, une dispute entre « amis » se serait terminée par un coup de couteau. Une dispute qui serait partie d’une simple cigarette. Après des menaces de mort un coup de couteau a été porté. Le présumé auteur a été placé en détention provisoire dans l’attente de sa comparution immédiate prévue le 7 mars 2019. le pronostic vital de la victime n’est pas engagé. 

Le mardi 26 février 2019, une femme avait prévenu la police, après que son mari soit rentré au domicile, blessé au dos par arme blanche. Rapidement les policiers s’étaient rendus sur les lieux, rue Camille Pissaro à la Bastide. La victime, un Guinéen de 25 ans expliquait avoir eu un différend violent avec un « ami » sur un parking de la Zup de l’Aurence, à proximité de la passerelle Maurois. Pour une simple cigarette son ancien co-détenu, l’avait menacé de mort (dans un premier temps) avant de revenir avec un couteau récupéré dans son véhicule. La victime s’était enfermé dans sa voiture. Brisant la vitre le conducteur avait été obligé de sortir et de s’enfuir. C’est alors qu’il avait ressenti une vive douleur dans le dos, il venait d’être frappé d’un coup de couteau sous l’omoplate gauche.

« Une plaie profonde de 5 centimètres dans le dos »

Présentant une plaie profonde de 5 centimètres de large, la victime, dont le pronostic vital n’était pas engagé, était transporté par les pompiers au CHU. A sa sortie des urgences, il avait déposé plainte au commissariat de police. L’enquête a permis d’identifier un limougeaud de 22 ans, demeurant dans le secteur de la Zup de l’Aurence. Le 3 mars 2019 (à 17h10), l’agresseur se sachant activement recherché se constituait prisonnier. Il était interpellé et placé en garde à vue.

« L’auteur plaide la légitime défense »

Le mis en cause a reconnu avoir porté un coup de couteau dans le dos de sa victime mais seulement après l’avoir désarmé de son arme blanche et d’un tournevis en invoquant l’état de légitime défense. Il présentait d’ailleurs des coupures au niveau des doigts de la main droite et une blessure au bras droit, sois disant, commis par un coup de tournevis. Le couteau n’a pas été retrouvé, ni sur les lieux des faits ni au domicile de l’auteur.

Le mis en cause a été déféré au Parquet puis présenté au Juge des Libertés qui le plaçait en détention provisoire jusqu’a sa comparution immédiate prévue le 7 mars 2019 des chefs de violences volontaires avec arme. Il a été conduit à la maison d’arrêt de Limoges.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile