Cannabis : Deux interpellations à Beaubreuil

18 juin 2019 A la une


Un vendeur de résine de cannabis a été interpellé en pleine transaction dans le quartier de Beaubreuil. La perquisition de son domicile a permis de découvrir 118 cachets d’ecstasys. Le mis en cause a nié les faits et déclaré qu’il était « innocent » dans cette affaire.

Il a été placé en détention provisoire dans l’attente de sa comparution immédiate. 

Le jeudi 13 juin 2019, en milieu d’après-midi, les policiers ont interpellé un limougeaud de 21 ans alors qu’il venait de vendre une plaquette de résine de cannabis aux occupants d’un véhicule, dans un secteur connu pour de nombreux trafics de stupéfiants. Les policiers avaient remarqué le manège suspect de la voiture avec à son bord 4 individus. Ils assistaient assez rapidement à une transaction entre un jeune âgé de 21 ans (bien connu des services de police) et le passager arrière, un mineur de 17 ans.

« 118 cachets d’ecstasys découverts à son domicile »

Les quatre occupants du véhicule étaient interpellés et placés en garde à vue. Le vendeur qui avait été reconnu et identifié était interpellé dans son domicile. La perquisition avait permis de découvrir 118 cachets d’ecstasys caché dans le réfrigérateur et de 260€ en numéraire. L’enquête s’est poursuivie par les auditions des occupants du véhicule, trois d’entre eux étaient rapidement mis hors de cause et laissés libre sans poursuite pénale. Le quatrième, un mineur de 17 ans reconnaissait l’achat du morceau de résine de cannabis pour la somme de 300€. La perquisition du véhicule permettait la découverte de la plaquette de résine de cannabis, d’un poids de 97 grammes, sous la banquette arrière.

« Détention provisoire pour le vendeur »

Le mis en cause pour vente et trafic de stupéfiants, un limougeaud de 20 ans, a nié toute transaction en indiquant que les ecstasys ne lui appartenaient pas malgré les éléments que faisaient ressortir les investigations. Il a nié également la propriété de l’argent. Le mineur de 17 ans est convoqué devant le juge des enfants au tribunal de Grandes Instances de Limoges le 12 septembre 2019. Le vendeur a été déféré au Parquet à l’issue de sa garde à vue et placé en détention provisoire jusqu’a sa comparution immédiate.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile