Recours en annulation du PSE : Les salariés de GM&S vont encore devoir attendre

11 janvier 2018 A la une


Ce jeudi 11 janvier 2018, le tribunal administratif de Limoges, devait se prononcer sur le recours en annulation du PSE (plan de sauvegarde de l’emploi) déposé par les salariés de GM&S en octobre dernier. Une cinquante de personnes se sont rassemblées ce matin devant le tribunal administratif au Champ de Juillet à Limoges.

Le recours en annulation avait été déposée en octobre dernier, il était motivé par des salariés qui mettaient en cause les critères choisis, pour établir la liste des salariés licenciés, et la constitution même de ce plan de sauvegarde de l’emploi.

« Décision repoussée au lundi 15 janvier prochain »

9 sur 12 représentants du personnel ont été licenciés. Selon leurs dires, d’autres choix sont possibles. Si GMD veut faire sérieusement faire repartir l’activité il doit augmenter les effectifs et les savoirs faire (donc embaucher 40 personnes en production et 10 dans les services supports). L’usine tourne actuellement au ralenti, elle manque de visibilité sur l’avenir.

« Le plan n’aurait pas dû être homologué par la Direccte »

Pour les ex GM&S, le PSE, qui conduit au licenciement de 156 personnes et à la reprise de 120 autres par le groupe GMD, n’aurait pas dû être homologué par la Direccte. Les salariés dénoncent une décision insuffisamment motivée, en remettant en cause les critères établissant les catégories socio-professionnelles des salariés repris. Selon leurs dires « Tout a été fait pour que l’entreprise coule ».

La décision du tribunal ne changera rien aux licenciements, mais si le Plan de Sauvegarde de l’Emploi est annulé, les personnes licenciées seront en droit de réclamer des indemnités supra-légales, qui avaient été refusées malgré un combat de longue haleine.

Interview de Yann Augras (salarié CGT GM&S) :


, , ,

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile