Contrôle technique : ce qui va changer !

13 février 2018 A la une


Le contrôle technique sera renforcé dès le 20 mai prochain. Une nouvelle législation européenne entre en vigueur avec de nombreux changements. Le contrôle technique sera plus sévère, imposera de nouvelles règles.

Les spécialistes devront vérifier plus de 132 points de contrôle contre 124 actuellement. L’usager devra payer, un peu plus cher, son contrôle technique.

Jusqu’a présent on ne parlait que de défauts à corriger avec ou sans « obligation de contre-visite », avec, le cas échéant, l’obligation de réparer dans un délai de 2 mois. Le nouveau contrôle technique se veut plus stricte.

A partir du mois de mai, il y aura 3 sanctions :

  • Les défaillances mineures : on en compte 139, elles regroupent les défauts devant être réparés mais ne nécessitent pas de contre-visite.
  • Les défaillances Majeures : Elles regroupent les anomalies qui nécessitent une contre-visite et leur nombre s’élève à 340. Le délai de la contre-visite reste de deux mois. Les défaillances majeures peuvent concerner une usure du flexible de frein, un éclairage de plaque d’immatriculation défectueux ou un feu de croisement défectueux.
  • Les défaillances critiques : C’est la principale nouveauté de ce nouveau contrôle technique : 127 défaillances pourront être identifiées. En cas de détection, la validité du contrôle technique se limite au jour du contrôle. Concrètement vous n’aurez plus le droit de circuler que le jour même jusqu’a votre domicile ou chez votre garagiste poire faire effectuer la réparation.

Interview de Régis Moreau (gérant contrôleur) :


, ,

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée;Les champs obligatoires sont marqués par une étoile